Panda

Follow:

Être aussi mystérieux qu’il est inamovible, Panda (dit aussi « Le Panda », « Lui », « Ce truc qui ne bouge pas » ou « Il a bouffé ma main l’enculé », cette dernière appellation étant réservée aux proches) est un tank amateur de bambou, un monolithe tranquille sur lequel se sont agrégés l’ensemble des personnalités parfaitement foireuses du No Human Orchestra.

De nombreuses légendes existent sur l’histoire de cet animal, et il est extrêmement difficile de faire la différence entre la vérité et les fantasmes des complotistes de tout poil. On peut déjà noter comme farfelues les vidéos Youtube tentant de détecter sa présence sur une aile d’avion lors des attentats du 11 septembre 2011, ou encore les Bibles dîtes « originales » le présentant comme l’antéchrist (« Et les hommes virent une pousse de Bambou dans le sol, et ils furent gagné par la terreur. Et l’ombre de l’AntéChrist se vomit sur le monde, et tous hurlèrent en voyant son pelage blanc et noir, très doux au toucher, devenir immense et écraser la vie sur son passage. » Email at corinthiens@yopmail.com ). Néanmoins, on peut admettre que si quelqu’un comme Quema a choisi de partager sa vie avec lui, c’est raisonnablement pour une capacité de destruction supérieure à celle d’un sous-marin nucléaire de dernière génération. (Note de la production : Nous parlons là d’un tout petit sous-marin nucléaire de rien du tout. Rien de bien méchant).

Enfin, et ce point est vital, rappelons que les accusations de l’article « Panda –La juteuse affaire du bambou »,  écrit par le pigeonnante Jean-Gontrand Qui-VoitToutEtSaitTout (du journal Lib Et Rations), a été condamné par les plus hautes autorités (Une hirondelle culminant à 1200m en plein vol, on ne se fout pas de votre gueule) comme diffamant et, pire encore, écrit avec des pieds non gracieux. Ainsi, il est établi que Panda n’a été ni de près ni de loin relié à un quelconque trafic de stupéfiants. Rappelons d’ailleurs que suite à une visite de courtoisie de Panda et Quema à la Présidence de la République, l’inhalation de fumées de Bambou est devenue parfaitement légale avec rétroactivité immédiate sur les mille années précédentes et séances pédagogiques dans les collèges. Enfin, souvenons-nous de ce que Panda n’a aucun lien avec la création du Football Club Nantes Atlantiques.

Au sein du groupe, il a joué un rôle de co-compositeur avec Quema en s’affairant aux lignes électroniques posées sur les morceaux, en collaboration avec le Dr Sygr. Il est de fait très relié au titre Thou shall not fuck with Panda, quand bien même ce texte récupéré deux mille ans dans le futur par le Docteur doit être pris au second degré, la production se réservant tout droit de poursuites judiciaires envers ceux rapprochant ce fidèle musicien du concept de Fin du Monde. (Et le fait que le nom Maya pour « appocalypse » se prononce « PandâBanbüIneAce » n’est qu’un simple hasard. Promis, les naseaux dans les naseaux. ).

Panda avoue comme unique faiblesse une consommation régulière de bambou séché soigneusement  enroulé, tassé et fumé lors de ses pérégrinations philosophiques (À ce sujet, ne pas oublier de lire sa thèse « L’inaction comme plénitude, la sagesse du caillou » aux éditions La Quemo).